<< retour 
 
Cédric Lambert, Conseiller administratif en charge du Social-Jeunesse, parle de la petite enfance

Pourquoi avoir ouvert une nouvelle crèche à Versoix ?

Cédric Lambert: A la suite d’assises de la petite enfance menées sous l’égide du Conseil administratif, une enquête a été effectuée en 2003 sur les besoins en places d’accueil auprès des familles versoisiennes ayant des enfants de 0 à 4 ans. Les résultats ont révélé le besoin d’ouvrir une nouvelle crèche et d’augmenter l’accueil de la garderie des Mouflets de Bon-Séjour.  En effet, la crèche de Fleurimage (60 places)  et la garderie des Mouflets (24 places) comptaient environ 80 demandes en liste d’attente.


Fort de ce constat, un groupe de travail « développement de la petite enfance à Versoix », créé en juin 2004, composé de représentants du Conseil Municipal, d’architectes et de spécialistes de la petite enfance a élaboré :
- un  programme architectural détaillé des locaux qui a été remis aux architectes avant le concours de mandats parallèles,
- un programme institutionnel permettant d’intégrer différents modes d’accueil sous un même toit.

A la suite de ces travaux, le Conseil Municipal a voté un crédit total de CHF 5’950'000.-  pour la construction de l’Espace de Vie Enfantine (EVE) qui vient d’ouvrir ses portes.

Regrouper les institutions de garde d’enfants au même endroit, est-ce une bonne idée?
C. L.: Certainement! Dans la mesure où l’évolution du secteur de la Petite Enfance nécessite une gestion administrative et pédagogique toujours plus pointue ainsi qu’une amélioration de la qualité et de la cohérence des prestations offertes.

Ce défi passe par une coordination rapprochée des établissements de la petite enfance pour répondre au plus près aux besoins des familles et maintenir la diversité des modes de gardes. C’est pour cela que nous avons choisi de regrouper crèches, garderie et accueillantes familiales (mamans de jour) au sein d’une même fondation communale. 

Dorénavant, les parents qui cherchent une place de garde doivent s’adresser au même endroit pour 4 institutions (Supernounou, EVE crèche, EVE garderie (ex-Mouflets), Fleurimage). Pourquoi ce changement ?
C.L.: Afin de mieux prendre en compte la diversité des demandes et proposer, dès l’inscription, une solution d’accueil plus adéquate étant donné les différentes solutions d’accueil. Cela nous permet également d’améliorer la gestion des places d’accueil et le taux d’occupation de celles-ci et ainsi de diminuer les délais d’attente.

Combien Versoix peut-elle accueillir d’enfants (de 0 à 4 ans) dans ses/ces (ça dépend si ce sont les espaces de Versoix ou si c’est général) espaces de garde ?
C.L.: Au 30 août 2010, l’EVE « Les Vers à soie » a ouvert 30 places de crèche supplémentaires (40 enfants) et 30 places de garderie (105 enfants), le bureau de la coordination des familles d’accueils est en rapport avec 23 familles qui accueillent 60 enfants. A cela, il faut encore ajouter les 60 places d’accueil pour 80 enfants à la crèche Fleurimage. Dès la rentrée d’août-septembre 2011, il y aura encore 30 places supplémentaires de crèche et quelques places de garderie en plus à l’EVE « Les Vers à soie ». Au total la Ville de Versoix peut aujourd’hui accueillir  285 enfants de 0 à 4 ans et une cinquantaine de plus dès la rentrée d’août-septembre 2011.


Ce nombre  est-il suffisant ?

C.L.: Avec l’ouverture du nouvel EVE, la liste d’attente a diminué de façon significative, ce qui laisse présager que nous arriverons à répondre à la demande en septembre 2011… mais pour combien de temps ! Le nouveau regroupement institutionnel au sein de la Fondation communale de Versoix pour la petite enfance va nous permettre de mettre en place une veille attentive de l’évolution des besoins.
 

Qu’en est-il de la garderie de Montfleury ?

C.L.: La garderie de Montfleury est une halte-garderie de quartier qui est rattachée à l’association des habitants de Montfleury (AHM). Elle offre donc une prestation spécifique aux habitants du quartier, encadrée par des professionnelles de la petite enfance. Actuellement, la commune collabore avec l’AHM par la mise à disposition du local et d’une petite subvention octroyée afin d’équilibrer les comptes. Cette halte-garderie ne fait pas partie du regroupement mis en place, mais nous suivons l’évolution de ce lieu d’accueil avec attention.

Y aura-t-il d’autres espaces de garde d’enfants ces prochaines années à Versoix

C.L.: Cela va dépendre de l’évolution de la demande et de la manière dont la nouvelle Fondation communale de Versoix pour la petite enfance va y répondre. La prise en charge de la petite enfance est de la responsabilité des communes, c’est donc une priorité de la Ville de Versoix de développer une offre d’accueil à la fois de qualité et bien gérée. Je peux imaginer qu’avec le développement des activités économiques et des constructions sur notre commune, celle-ci risque d’augmenter. Il nous faudra alors redéployer l’offre et, sans doute, développer des formes originales d’intercommunalité et de partenariat public-privé. Pour le moment, s’il devait y avoir un accroissement de la demande dans un proche avenir, il nous reste encore la possibilité d’augmenter la capacité des « accueillantes familiales ». Des discussions sont à l’ordre du jour aux niveaux cantonal et intercommunal.


Que répondez-vous aux parents qui ne trouvent pas de place en crèche ?

C.L.: Au-delà de l’offre supplémentaire de places de crèche, nous avons mis en place une nouvelle équipe pour la centralisation des inscriptions et du conseil aux familles qui cherchent à faire garder leur(s) enfant(s). La situation s’est déjà détendue avec l’ouverture récente de l’EVE. Par ailleurs, une meilleure connaissance de la diversité des modes d’accueil doit permettre de trouver des solutions adaptées aux besoins des familles. Si les nouvelles places de crèches devaient être rapidement occupées, les familles demandeuses pourront être mieux conseillées sur les places disponibles, au moins temporairement, auprès des modes de garde alternatifs.