<< retour 
 

C’est un artiste original qui prend ses quartiers d’été à la maison du Charron le 25 juin prochain. Emile Duc s’apprête en effet à exposer une série de sculptures et de collages entièrement réalisés à l’aide de matériaux trouvés dans la nature. Des œuvres en bois, en pierre et même en tissus à qui il offre une deuxième vie grâce à son imagination. Cet habitant d’Estavayer-le-lac a vécu plusieurs vies en une. D’abord prêtre, puis animateur socio-culturel en France et en Suisse, il décide au beau milieu des années septante de prendre un virage artistique. Il réduit alors sa charge de travail pour se consacrer un jour ou deux par semaine à ses créations.
Son attirance pour les matériaux récupérés vient simplement d’un manque de moyens, « je faisais avec ce que je trouvais sous la main », résume l’intéressé. Fer, bois, cailloux, depuis 35 ans, il transforme tout ce qui l’inspire. Pourtant, malgré cette solide expérience, plusieurs expositions et les bravos de quelques critiques, Emile Duc refuse l’étiquette d’artiste, un qualificatif qu’il n’affectionne pas vraiment, surement parce qu’il le trouve un peu trop prétentieux à son goût. D’autant qu’il cherche justement à se débarrasser du côté sérieux de la vie dans ce qu’il crée. « Je ne nie pas avoir quelques qualités artistiques mais je me considère plus comme un artisan dans ce domaine », précise-t-il. Pour trouver sa matière, Emile Duc ne cours pas les bois tel un chercheur d’or à la recherche des pépites qui lui serviront à modeler sa future œuvre. Non. C’est à l’objet de se présenter à lui: « La recherche me coupe l’élan du spontané, précise-t-il. Il faut que je tombe dessus lors de la promenade. Du coup, il m’arrive de ne pas travailler car je n’ai rien à mettre sous la dent.» Mais lorsque la rencontre a lieu, c’est un moment de bonheur suivi bientôt d’un remue-méninges créatif. « J’aime affronter un morceau de bois, mais sans l’abimer. Le respect de la matière a toujours été quelque chose d’important pour moi. Même si je le transforme, je veux toujours qu’on sache au bout du compte que c’est un morceau de bois. »

Émile Duc – sculptures et collages – Maison du Charron – 6, rue des Moulins - Versoix Du 25 juin au 14 août 2011 – vernissage le samedi 25 juin à 11h. – tlj. 14-18 sauf lundi.